Ce que dit la Bible sur la souffrance

Prédication du dimanche 29 Mars 2020 par Anni Rasolomampionona

La souffrance est un fait attesté par la Bible, les religions non-chrétiennes et l’expérience humaine en générale. La souffrance est partout, inévitable. Elle frappe tout le monde, sans distinction d’âge, de sexe, de rang social ni de vigueur.

Selon Alfred Kuen, les hommes peuvent avoir diverses attitudes devant la souffrance, :

  • Pour l’homme animiste, la souffrance est due à l’action d’une volonté mauvaise, représenté par les « esprits » qui sont les auteurs directs ou indirects des accidents, maladies, disparitions et morts, bref, de toute cause de souffrance. Il faut donc les apaiser par des sacrifices et souvent il y a un médiateur (un sorcier ou un devin) qui prescrit les sacrifices à faire pour apaiser les esprits ➔ Culte des ancêtres, retournement des morts…
  • Certains nient la souffrance, ils affirment que la souffrance n’est qu’une illusion.
  • L’Islam accepte la souffrance comme une fatalité. Tout ce qui arrive dans la vie, bon ou mauvais, a été déterminé d’avance par la volonté de Dieu. D’ailleurs, Islam signifie littéralement « soumission », soumission à la volonté de Dieu. Le musulman accepte donc la souffrance comme étant la volonté parfaite de Dieu et il s’y soumet, sans se poser beaucoup de questions.
  • Les Hindous prétendent que toute souffrance est le résultat de nos choix dans une vie précédente, elle est donc méritée.
  • L’attitude stoïque fait face à la souffrance par la volonté. C’est une autre manière d’exprimer le fatalisme : c’est comme ça, on n’y peut rien ! Du
    courage, soyez un homme, fais face à la souffrance avec la force que tu as.
  • Du point de vue matérialiste, ce monde physique est la seule chose qui existe. Le but de la vie, c’est d’avoir la liberté de choisir la vie qui nous rende le plus heureux. Il faut donc éviter la souffrance ou la minimiser au maximum.

Il est important de noter que la perspective chrétienne face à la souffrance est différente de la plupart de ces attitudes.

  1. La souffrance peut atteindre tout le monde, le méchant comme le juste : Ps 34.20 – Pr 22.8 – Jér 15.18 – Es 53.3-10 – Hé 11.36-37 – 1 Pi 4.12
  2. La souffrance peut être un outil dans la main de Dieu pour nous avertir d’un mal plus grand : « Il est bon pour moi que j’aie été affligé, afin que j’apprenne tes statuts. » (Ps 119.71)
  3. La souffrance peut être neutre étant juste le produit de la loi de la causalité. Dieu a donné à la création un certain nombre de lois ; l’une des principales d’entre elles est la loi de cause à effet. Par exemple la loi de la pesanteur dit que « tout corps abandonné à lui-même est attiré vers la terre avec une force proportionnelle à sa masse. »

La souffrance vient-elle de Dieu ? La réponse de la Parole de Dieu est très claire là-dessus : NON !

  1. L’homme peut s’attirer des ennuis à cause de ses propres fautes, mais même là, Dieu
    n’abandonne pas l’homme Es 49.15 – Mt 11.28-29
  2. L’ennemi peut également être en action : Mt 13.24-30 – 1 Pi 5.8-9
  3. Attention également, ne pas faire tout de suite le lien entre le péché et la souffrance Job 4.7, 8 – Jean 9.1-3 – Lc 13.1-4

Que nous enseigne la Bible à propos de la souffrance ?
1. Elle nous évite parfois de plus graves ennuis (une sorte d’avertissement) Romains 6.23
2. Elle nous donne une occasion de nous examiner : Ecc 7.14
3. La souffrance donne à Dieu une occasion de nous examiner : Dt 8.2-3
4. La souffrance contribue à notre progrès spirituel. Anselme de Canterbury, un moine
bénédictin (1033-1109) disait un jour à un malade : « lorsque les eaux montèrent, l’arche
s’éleva au-dessus des eaux. La souffrance nous élèvera au-dessus de là où nous sommes
spirituellement aujourd’hui. » Lire aussi Jc 1.2, 3 ; 12
5. La souffrance nous permet de glorifier Dieu. Job 42.2, 5
6. La souffrance est vaincue ! La souffrance sous la forme la plus dure a été enduré par le Fils de Dieu Lui-même. Bien sûr, il reste, beaucoup de points d’interrogation dans le problème de la souffrance, mais comme disait le pasteur Paul Claudel : « Il y a au moins quelque chose que nous ne pouvons pas dire à Dieu : vous ne savez pas ce que c’est de souffrir. »
Jésus n’est pas venu supprimer la souffrance, Il n’est même pas venu l’expliquer. Il est venu la remplir de sa présence. Oui, Il est venu l’assumer et la vivre avec nous. Et, par sa résurrection nous assurer que l’acceptation de la croix est le gage de notre délivrance. Parce que Jésus a souffert, dans sa vie terrestre et sur la croix, nous pouvons être guéris de la maladie du péché.
Nous serons même complètement guéris un jour de nos corps et nos âmes sujets à la souffrance Ap 21.3
L’attitude des chrétiens devant la souffrance peut paraître paradoxale : d’une part, ils affirment que Dieu est Tout-Puissant, aime les hommes et ne désire pas leurs souffrances, mais d’autre part, ils
reconnaissent que la souffrance est inévitable dont eux-mêmes n’en sont pas dispensés.


CONCLUSION : Pendant cette période de confinement, à cause de CORONA VIRUS, sommes-nous prêts à être élevé vers Celui qui nous dit : « Que votre cœur ne se trouble pas. Croyez en Dieu, croyez aussi en moi. 2 Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père. Sinon, je vous l’aurais dit ; car je vais vous préparer une place. 3 Donc, si je m’en vais et vous prépare une place, je reviendrai et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis, vous y soyez aussi. » (Jean 14.1-3)
Pendant cette période particulière sur l’histoire de l’humanité, de nombreuses personnes souffrent davantage de solitude, de maladie, d’angoisse et de perte d’êtres chers. J’ai une bonne nouvelle pour vous : Dieu est au centre de cette souffrance, Il ne vous abandonne ni ne vous délaisse pas, Il souffre avec vous. Jésus a déjà enduré la colère de Dieu en souffrant sur la croix à votre place. Voulez-vous
accepter son amour, son pardon ? Voulez-vous recevoir, avec douceur son message d’espérance vivante que Jésus reviendra bientôt et il prendra les siens avec Lui, dans la demeure qu’Il a préparée pour celles et ceux qui ont placé leurs confiances en Lui ?
La Bible nous encourage à recevoir cette période particulière de notre vie comme une occasion pour laisser Dieu nous rejoindre et accomplir son dessein dans nos vies, dans nos souffrances. Faire de nous les personnes qu’Il veut que nous soyons :

« 28 Nous savons, du reste, que toutes choses coopèrent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. »

Romains 8.28